News

26 mars 2020
26 maart 2020

Cinq mesures concrètes pour soutenir l’HORECA ?

Le secteur de l’HORECA est un des premiers à avoir été directement et très lourdement impacté par les mesures qui nous sont imposées pour lutter contre le COVID-19. 

Le coût économique de cette solidarité, pour un secteur qui compte 60.000 entreprises et 186.000 salariés, est énorme. Des mesures de soutien aux entreprises et aux travailleurs indépendants ont été prises par nos gouvernements. L’HORECA en bénéficiera bien entendu. 

Mais au niveau sectoriel, des mesures simples, spécifiques au secteur, sont indispensables afin de compléter cet arsenal. En effet, nos dirigeants s’accordent tous pour dire que nous sommes en guerre. Et pour gagner une guerre, il faut un arsenal, des armes, des munitions. 

Aujourd’hui, nous menons principalement une guerre sanitaire et notre ennemi commun est le COVID-19. Demain, et le plus tôt possible espérons-le, une fois les batailles contre le virus gagnées, nos entreprises vont être engagées dans une autre guerre. Une guerre économique dont les ennemis seront faillite et récession. Il faudra continuer à faire preuve de solidarité.

 

Et ne nous en cachons pas, la reprise prendra du temps et toutes les mesures de relance seront plus que nécessaires. 

Alors pourquoi renforcer  la demande ? Pourquoi pas une approche keynésienne déclinée spécifiquement pour le secteur de l’HORECA ? Le revenu des ménages est mis à mal, notamment par les mesures de chômage temporaire. Les entreprises réduisent les coûts et y seront plus que jamais sensibles dans les prochains mois. 

Voici trois mesures concrètes qui soutiendraient la consommation avec un retour direct sur le secteur :

  • Porter la déductibilité fiscale des frais professionnels de restaurant de 69% à 100% 

 

  • Permettre aux particuliers une déductibilité de frais restaurant à hauteur d’un certain pourcentage, par exemple 20%, et plafonné à un certain montant comme le proposait déjà la Belgium Restaurant Association en 2017.

 

  • Permettre aux entreprises qui le souhaitent d’accorder à leurs salariés un « Chèque restaurant », en plus des éventuels chèques-repas.  250 euros par exemple, entièrement déductible, sans cotisation, ni taxe, ni contribution des travailleurs. Un pluspour le pouvoir d’achat des travailleurs, à utiliser pour des moments de convivialité, pour renforcer les liens sociaux, tout en soutenant le secteur. Une manière de reconnaitre et de récompenser les sacrifices des personnes - soignants, aidants, chercheurs, travailleurs du secteur alimentaire et de la distribution, … - de tous ceux qui se sont investis au profit de la collectivité, souvent au détriment de leur propre sécurité et de leur vie de famille.

 

A côté de mesures de soutien à la consommation, il est indispensable d’accompagner le secteur, à fort intensité de main d’œuvre, avec des mesures de réduction des coûts salariaux. 

 

L’HORECA a fait d’énormes efforts de transparence et d’intégrité pour respecter ses obligations sociales et fiscales. Ce renforcement de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) du secteur s’est accéléré avec la généralisation de la « Black Box ». 

 

Dans ce contexte, des mesures structurelles permettant d’optimiser les coûts salariaux ont été prises. Ces mesures sont essentielles à la survie du secteur à court, moyen et long termes. Elles doivent être utilisées. C'est le domaine d'expertise de PPMGL Consulting.

 

Mais il faut aller plus loin. Il faut, par exemple, étendre les réductions structurelles HORECA liées à l’utilisation de la « Black Box » à tous les travailleurs temps plein alors qu’elles sont jusqu’ici limitées à 5 travailleurs.

Enfin, et cette dernière mesure relève de notre responsabilité individuelle, retournons tous, massivement, dans nos établissements préférés, dès que nous y serons autorisés. Un juste retour de solidarité pour un secteur qui fait preuve d’une solidarité exemplaire.

5 concrete maatregelen om de horecasector te ondersteunen.

De horecasector is één van de eerste sectoren die zwaar getroffen werd door de door de overheid opgelegde maatregelen in de strijd tegen het Coronavirus COVID-19.

De economische kost van deze maatregelen is enorm voor een sector die meer dan  60.000 ondernemingen en 186.000 werknemers telt. De overheid heeft ondertussen reeds maatregelen genomen ter ondersteuning van de bedrijven en de zelfstandigen. En de horecasector kan hier uiteraard ook reeds gebruik van maken.

Maar specifiek voor deze sector zijn er onvermijdelijk nog extra maatregelen nodig om het arsenaal aan reeds genomen maatregelen te vervolledigen. Zoals alle beleidsmakers terecht zeggen, “Het is oorlog!”.

En om een oorlog van deze omvang te winnen hebben we een leger, wapens en munitie nodig.

Vandaag voeren we een “gezondheidsoorlog” en onze vijand is het Coronavirus COVID-19.


Maar morgen, eens we de oorlog tegen het virus hebben gewonnen, en laat ons hopen dat dit moment er snel zal aankomen, moeten onze ondernemingen ook nog een bijkomende oorlog (kunnen) winnen.

Dit is een economische oorlog. De vijanden in deze oorlog zijn  de falingen van ondernemingen en een economische recessie. Ook dan moeten de maatregelen blijven duren. We moeten hierbij niet naïef zijn. De economische heropleving zal tijd vergen en alle maatregelen die de economie kunnen aanzwengelen zullen nodig zijn.

Waarom niet de vraag stimuleren?
Waarom niet een keynesiaanse aanpak specifiek voor de horeca?

Het gezinsinkomen en de koopkracht van de gezinnen staat onder druk, o.a. door de economische werkloosheid. 
De ondernemingen zullen hun uitgaven inkrimpen. Niet alleen nu maar ook in de nabije toekomst.

Daarom een voorstel voor drie concrete maatregelen die de consumptie zullen doen stijgen in de Belgische horeca:

  • Verhoog de fiscale aftrekbaarheid voor beroepsmatige restaurantkosten van 69 naar 100%.

  • Laat de gezinnen, m.a.w. de particulieren,  toe dat een deel van hun restaurantkosten fiscaal aftrekbaar worden, bv. 20%, waarbij een algemene bovengrens kan ingesteld worden zoals ook de Belgium Restaurant Association in 2017 al voorgesteld heeft.
     

  • Laat de werkgevers toe dat ze, indien ze het zelf willen en al dan niet bovenop de bestaande systemen van maaltijdcheques, restaurantcheques van bijvoorbeeld € 250,00 aan hun personeel geven. 

    Deze restaurantcheques moeten ook door werkgevers die reeds maaltijdcheques aanbieden aan hun personeel kunnen gegeven worden.
    Deze restaurantcheques dienen volledig aftrekbaar zijn en vrij van werkgevers- of werknemersbijdragen., dit zowel fiscaal als parafiscaal (sociale zekerheid).
    Deze maatregel ter verhoging van de koopkracht kan men gebruiken om het maatschappelijke leven en de sociale cohesie terug te stimuleren.
    Eveneens is dit een maatregel ter erkenning en ter compensatie van de vele opofferingen die het verzorgend personeel, onderzoekers, werknemers in de voeding en de distributiesectoren,…. de voorbije periode hebben gedaan. 
    Kortom, het betreft een bedankje en compensatie voor iedereen die extra inspanningen heeft geleverd voor het algemeen belang, dit vaak ten koste van hun eigen veiligheid en die van hun familie.
     

Voer een verdere daling van de loonkosten in.
Naast het stimuleren van de vraag is het eveneens noodzakelijk dat voor deze arbeidsintensieve sector de loonlasten verder dalen en dat de bedrijven daarin begeleid worden.  Een materie waar PPMGL Consulting in gespecialiseerd is.


De horecasector heeft de laatste jaren heel veel inspanningen gedaan om haar transparantie en integriteit te verhogen door de opgelegde fiscale en sociale verplichtingen na te leven. 
Dit maatschappelijk engagement werd nog verhoogd door de invoering van de “witte kassa”.
In die context werden reeds een aantal loonkostverlagende maatregelen genomen. Het verder blijven toepassen van deze maatregelen is essentieel voor het overleven van de bedrijven in de sector zowel op korte, middellange als lange termijn. 

Maar men moet verder gaan durven gaan. Men moet bv. de structurele lastenverlaging bij het gebruik van de “witte kassa” van toepassing maken op alle voltijdse werknemers en deze lastendaling niet meer beperken tot 5 werknemers.
 

Last but not least.: Ga, eens het terug toegelaten is, terug op restaurant en café. Dit is de verantwoordelijkheid van éénieder onder ons. Keer terug naar jullie geliefde restaurants van zodra het mag..
Ook dit is een daad van solidariteit voor een sector, die zelf ook haar solidariteit bewezen heeft.

25 juillet 2017

 HORECA : les dangers des pratiques « au noir »

Comment expliquer que tant de restaurateurs  ne veulent pas s’inscrire dans leur temps en refusant catégoriquement d’installer la « caisse noire » ? Si l’on peut comprendre une certaine anxiété vis-à-vis d’un  changement d’approche pourtant inéluctable,  on peut légitiment s’interroger sur l'avenir d’un secteur qui,  dans un système actuel, compte le plus grand  nombre de faillites et où le personnel salarié reste manifestement sous déclaré ? C’est une réalité et il faut se garder de penser qu’un discours qui se bornerait simplement à rappeler les dispositions légales, réglementaires et administratives imposées au secteur, va suffire pour modifier les pratiques actuelles ! A contrario, des positions d’opposition  tout aussi simplistes, erronées et dangereuses doivent être bannies de tout discours.
 
Rappelons-le une fois encore, car beaucoup de restaurateurs sont dans le doute. La Blackbox doit être utilisée, c’est une obligation. Reconnaissons cependant que la communication autour de ce dossier n’est pas optimale et que certaines campagnes de désinformation ont ajouté une couche de perplexité dans le chef … des chefs. Le gouvernement a également sa part de responsabilité car il a transformé la  « BlackBox » en un feuilleton de télévision où la production s’est plutôt concentrée sur le  décor plutôt que sur le fond et les enjeux.
 
En effet, nous avons en Belgique un des plus beaux patrimoines culinaires et avec une capacité de création et d’innovation remarquables. Cependant, le contexte fiscal, social et administratif est peu porteur. Il est donc tout à fait légitime que la Blackbox et les nouvelles obligations qu’elle impose, soient perçues comme de nouvelles entraves au développement de l’esprit d’entreprise mettant également à mal la rentabilité du secteur.
 
Mais la Blackbox n’est-elle pas l’arbre qui cache la forêt ? La restauration totalement « officielle » n’est-elle  pas viable et rentable ?  Quelles sont les perspectives qui sont offertes aux restaurateurs dans le nouveau cadre où le consommateur exige toujours plus de transparence et d’éthique ?
 
La Blackbox comporte de nombreux  avantages pour ceux qui veulent les voir. Quasi plus de paiements en espèces, fini les doubles comptabilités, des états financiers qui reflètent la réalité économique de l’entreprise facilitant les relations avec les banques, les fournisseurs et permettant une valorisation correcte en cas de transmission, l’accueil des inspections sociales et fiscales sans crainte, et surtout, un personnel complétement déclaré, (r)assuré, fidélisé.

Impayable pensez-vous ? Absolument pas. Il existe des nombreuses mesures d’optimisation des ressources humaines qui, dans la plupart des cas, diminuent le coût salarial totalement déclaré par rapport au coût en « zone grise ».
 
Pour ce faire, les restaurateurs ont besoin d'informations et de soutien. Ils ont besoin d’être rassurés sur ce qui est possible et légal. La plupart a besoin d’être accompagné. Car il est évident  qui si les salaires réels sont entièrement déclarés, en convertissant  le « gris »  en brut, c’est tout bonnement impayable pour des entreprises dont la  rentabilité est aujourd'hui déjà trop faible dans la plupart des cas.
 
C’est à juste titre que les restaurateurs demandent des mesures compensatoires additionnelles. Mais il faut aussi reconnaître, connaître et utiliser tout  ce qui existe déjà, comme les heures supplémentaires ou le statut flexi-job qui permettent de réaliser des économies substantielles. D’autres mesures sectorielles spécifiques existent comme la grande flexibilité, les heures de nuit, les coûts spécifiques aux avantages sociaux des employés, des régimes de primes, l'assurance collective, les régimes de retraite … Toutes ces mesures doivent être utilisées pour accompagner durablement la transformation du secteur HORECA.
 
Aujourd’hui  ceux qui utilisent la BlackBox vivent dans un monde de concurrence déloyale. Ils déclarent l’entièreté de leur recette et 100% de leur personnel tout en apportant un service de qualité à leurs clients.  Ils ont compris les avantages de la « caisse blanche. ». Ils méritent une reconnaissance. Nous devons plaider un secteur fair-play, respectueux de ses clients, de son personnel, des lois tout en permettant  à tous les artistes qui œuvrent dans nos cuisines de vivre décemment de leurs talents.
 
Il  faut éviter de céder à la facilité en écoutant des messages erronés et dangereux. Il est donc essentiel que des professionnels,  qui connaissent tous les rouages légaux permettant une gestion optimale des entreprises du secteur, accompagnent les restaurateurs qui le souhaitent  et les soutiennent  afin de leur permettre de regarder vers un avenir rentable dans  un cadre équilibré, plus encore, équitable, pour tous.

Le travail doit et peut être pleinement officiel dans l'HORECA. C’est de cette façon que le futur du secteur se construira, que notre patrimoine culinaire sera protégé et se développera.